La douleur

Je trouve que David Le Breton (professeur à l'Université de Strasbourg, anthropologue et sociologue français, spécialisé dans les représentations et les mises en jeu du corps humain) résume bien ce thème, donc je vous fait part de ses dires:

"Les premiers moments d'un tatouage, surtout, sont difficiles par l'insolite d'une sensation pénible envahissant le point de travail, ensuite la douleur s'atténue, elle demeure cependant et devient de plus en plus insupportable au fil des heures."

"Certains lieux du corps sont plus douloureux que d'autres (...)"

"Si elle est parfois relevée, la pénibilité du tatouage est nuancée par la plupart des clients. La douleur est un échange paradoxal entre le client et le tatoueur, elle est à la fois consentie par l'un et infligée par l'autre. Un lien subtil est ainsi créé qui imprime en profondeur la mémoire de l'évènement, et suscite même parfois un sentiment fort de contact avec le tatoueur. La douleur traduit l'intensité de la rencontre avec l'opérateur. Elle est sublimée par le processus qu'elle accompagne, la métamorphose qu'elle annonce, la satisfaction d'accomplir enfin une action longtemps attendue, elle en accentue même la valeur en en faisant durablement un moment d'exception puisqu'il s'agit de modifier définitivement la forme ou l'apparence du corps et d'autre part d'accepter les yeux ouverts la douleur sans s'y dérober"

En bref, le tatouage fait moins mal qu'on le pense et beaucoup plus que ce qu'on pourrait imaginer!

Nous ne sommes pas égaux face à la douleur, chaque personne la perçoit différemment, donc à vous de vous lancer pour vous en rendre compte personnellement!

Mais celle-ci fait partie intégrante du tatouage et celui-ci se mérite!!!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×